La Gazette Drouot
Enchères - La Collection Edouard Cochet
Collection Edouard Cochet 5,34 M€
Cette semaine voyait se dérouler les deux dernières ventes de la dispersion des collections d’orfèvrerie et de céramique d’Édouard Cochet. Cet industriel de la filière pétrolière, ingénieur géologue ayant notamment mis au point dans les années 1960 une technique de recherche par analyse des boues de forage, était un amateur exigeant à l’oeil aiguisé. En témoignent les 5 341 447 euros frais compris totalisés, depuis le mois de novembre dernier, par les cinq ventes nécessaires à la mise à l’encan de ces ensembles (voir détails dans le tableau ci-dessous).

Barthélémy Samson : 33 000 euros
Spécialité reine de la collection, l’orfèvrerie des XVIIe et XVIIIe siècles totalisait pour ce dernier opus 549 052 euros frais compris. La production provinciale était à l’honneur avec les 33 000 euros d’une verseuse tripode toulousaine en argent (929 g - 1772) de Barthélémy Samson, gravée d’armoiries d’alliance. Elle est ciselée de coquilles, feuilles d’acanthe et branchages de rosiers fleuris, l’anse latérale étant en bois. Bordeaux marquait 15 000 euros avec une paire de bougeoirs unis (560 g - 1684-1687) d’Antoine Feydeu. À base carrée, pans coupés et fût balustre, ils sont simplement soulignés de filets. Quittons les côtes pour Besançon avec les 16 000 euros d’une théière en argent (487 g - 1743) de Jean-François Mâle, gravée postérieurement d’armoiries et d’une devise. Posant sur une bâte, son modèle est très sobre, le couvercle souligné de godrons, les attaches de l’anse en bois étant à tête de griffon fleuronnée et godronnée, en rappel autour du bec verseur et de la graine panache. La capitale était tout de même présente avec les 14 000 euros d’une austère aiguière en argent uni (790 g - 1728-1729) d’Antoine Bingant et les 12 000 euros d’une écuelle couverte en argent (1,3 kg - 1755-1756) de Michel Delapierre, ornée en applique de branchages fleuris et rocaille. Le XIXe siècle était enfin représenté à 15 000 euros, une estimation décuplée, par une très élégante corbeille parisienne en vermeil ajouré (880 g - 1798-1909) imitant la vannerie.

38 415 euros frais compris.
Chine, Compagnie des Indes,
époque Qianlong (1735-1796), plat en porcelaine polychrome à décor d’une scène
d’après un mezzo-tinto de Dusart, diam. 35,4 cm.
Jeudi 10 novembre 2011, salle 10 – Drouot-Richelieu. Fraysse & Associés SVV. M. Vandermeersch.
Nevers : 44 500 euros
La céramique fermait la marche avec des faïences françaises et européennes, qui cumulaient 773 484 euros frais compris. Nevers s’installait au sommet du palmarès en récoltant huit enchères à cinq chiffres. 44 500 euros culminaient sur un saladier contourné polychrome dit “au pont de Nevers” inscrit “Etienne Maurice 1790” (diam. 35,5 cm), avec en prime un train de bateaux de Loire devant la ville, une rareté pour ce type de modèle. Un saladier (diam. 31,4 cm) à décor polychrome révolutionnaire polychrome, inscrit “Jean duc 1792 mari, duc” avec des symboles des trois ordres, montait à 35 000 euros. Le musée Carnavalet conserve un autre saladier au nom de Jean Duc, daté de 1793.
Celui vers 1800 (diam. 32,5 cm) à décor d’une troupe militaire illustrant l’encadré page 17 de la Gazette n° 5 était bataillé jusqu’à 31 000 euros. Un pichet patronymique révolutionnaire (h. 19,5 cm), daté de 1793, avec une Vierge à l’Enfant tenant une pique surmontée d’un bonnet phrygien, pulvérisait à 18 000 euros son estimation. Pour les autres centres faïenciers, débutons avec les 20 000 euros d’une terrine de Niderviller vers 1750 en forme de hure de sanglier traitée au naturel (h. 19 cm). Rouen voyait une paire d’hanaps casque vers 1710-1720 de chez Poterat tripler à 15 000 euros son estimation. Il sont à décor en camaïeu de ferronneries et feuillages enroulés, avec masques barbus sous le bec et soulignés des armoiries d’alliance des familles Estampes et Chalons. Une boîte à éponge du XVIIIe siècle de la fabrique Guillebaud quadruplait pour sa part, à 12 000 euros, son estimation.
210 664 euros frais compris.
Louis II Samson (1710-1781), Toulouse, 1763, aiguière en argent aux armes des familles
de Mengaud de Lattage et Delmas de Boissière, h. 24 cm, poids : 1,032 kg.
Mercredi 9 novembre 2011, salle 10 – Drouot-Richelieu. Fraysse & Associés SVV. M. de Sevin.
Jeudi 9 février, salle 1 – Drouot Richelieu.
Fraysse & Associés SVV. M. Vandermeersch.
La Gazette Drouot N°7 - 17 février 2012 - Sylvain Alliod

Une collection des chiffres

Cinq ventes, 808 lots décrits.

Orfèvrerie
3 961 313 euros frais compris
Mercredi 9 novembre, (voir encadré page 97 Gazette n° 40), mercredi 7 décembre, (Gazette n° 44 page 37), jeudi 8 février, (voir ci-dessus)


Toulouse
170 000 euros,
aiguière,
Louis II Samson, 1763, reproduite
33 000 euros, verseuse,
Barthélémy Samson, 1772


Strasbourg
128 000 euros,
ensemble de toilette en vermeil, Jean-Jacques Kirstein,
1788-1789
50 000 euros, écuelle et son présentoir en vermeil, Jacques Henri Alberti, 1779
30 000 euros, timbale en vermeil, 1740-1749


Lille
55 000 euros,
paire de bougeoirs,
Michel Masson, 1689
28 000 euros, paire de compotiers, François Millescamps, 1709


Paris
155 000 euros,
paire de salières, Jean-Charles Roquillet Desnoyer, 1773-174
78 000 euros, paire de bougeoirs,
Nicolas Simonin, 1658
72 000 euros, paire de bougeoirs,
Claude Motté, 1687-1688
120 000 euros, tabatière en ors émaillée, Jean-François Garand,
1774, 1775-1776.
60 000 euros, tabatière en ors,
Charles Le Bastier, 1776-1777
49 000 euros, tabatière en or et lapis-lazuli, Adrien Vachette, 1782-1789
33 000 euros, boîte en or et émail,
Jean François Beauvais, 1784-1785
31 200 euros, tabatière en argent, Joseph Bellanger, 1737-1738


Céramique
1 380 134 euros frais compris
Jeudi 10 novembre (porcelaine), voir Gazette n° 40 page 102, jeudi 9 février (faïence), voir ci-dessus.

PORCELAINE
Meissen
50 000 euros,
paire de statuettes,
vers 1745 (voir encadré page 100
de la Gazette n° 40)

Vincennes
12 000 euros,
statuette de carlin, XVIIIe siècle


Compagnie des Indes
31 000 euros, plat, époque Qianlong, reproduit


FAÏENCE
Nevers
44 500 euros,
saladier, fin du XVIIIe siècle
35 000 euros, saladier, fin du XVIIIe siècle
31 000 euros, saladier, vers 1800

Niderviller
20 000 euros,

terrine, vers 1750

Rouen
15 000 euros,

paire d’hanaps, Poterat,
vers 1710-1720.

http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/liste.html http://catalogue.gazette-drouot.com/ref/ventes-aux-encheres.jsp